• My BS

Recherche d'emploi : la corpulence, un frein à l'embauche ?


C'est une discrimination qui n'est pas toujours explicite, mais qui a un nom : la grossophobie. Alors que la loi française est l'une des seules à considérer l'apparence physique comme motif de discrimination, les pratiques des recruteurs ont tendance à confirmer les préjugés de toute une société à l'encontre des personnes corpulentes. Témoignages et conseils.

"Je me suis retrouvé une fois très mal assis dans une chaise à accoudoirs trop petite pour moi lors d'un entretien d'embauche pour un stage. J'ai fait mine de changer de chaise et la personne qui me recevait m'a demandé de rester assis sur cette chaise…" Hakim, 25 ans, jeune diplômé en action publique, ne saura jamais s'il n'a pas obtenu ce stage à cause de sa corpulence, mais une chose est claire : celle-ci n'avait pas l'air au goût du recruteur. Humiliations, silences gênés, quand ce ne sont pas des réflexions directes, la discrimination à l'encontre des personnes corpulentes, obèses ou non, prend des formes variées, et le monde du travail ne fait pas exception à cet égard.

Ce problème de société persiste malgré les lois et les recherches qui l'ont révélé. Dès 2005, l'Observatoire des discriminations de l'université Paris 1 – Panthéon Sorbonne a démontré, grâce à un testing d'envois de CV avec photo, que les personnes obèses avaient deux à trois fois moins de chances qu'une personne de poids moyen d'être appelées pour un entretien (en l'occurence pour un poste de commercial).

Pourtant la loi française qui condamne certains types de discriminations est l'une des rares à avoir inscrit "l'apparence physique" comme critère valable, au même titre, par exemple, que l'âge ou l'orientation sexuelle. "Cela inclut la corpulence, mais aussi la façon de s'habiller, le look", commente Jean-François Amadieu, directeur de l'Observatoire et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. Malgré cette inscription dans la loi, les recours devant la justice pour ce motif restent rares, selon le Défenseur des droits.

Des entretiens douloureux

Sur la toile, fleurissent les témoignages qui confirment ces préjugés, assénés de façon parfois très violente. En particulier lors d'un entretien d'embauche, moment où se révèlent de façon privilégiée les discriminations. C'est ce que montre le témoignage de "CocoVanylle", youtubeuse beauté, qui a raconté les détails d'un entretien discriminant.


Julie, 23 ans, étudiante en master recherche de langues, a subi le même genre d'affront. Elle travaille en parallèle de ses études comme serveuse en restauration. "Avec mes patrons actuels, tout se passe bien. Mais il m'est arrivé de passer un entretien pour servir dans une brasserie et le recruteur m'avait demandé si je pensais arriver à passer entre les tables pendant le service, raconte-t-elle. Je n'ai pas donné suite."

Pour Jean-François Amadieu, les postes d'accueil du public ou en lien direct avec les clients font particulièrement l'objet d'une discrimination par les recruteurs. "Ce n'est pas seulement la corpulence qui pose problème ici : les employeurs ont rarement envie de mettre à l'accueil une personne senior ou en situation de handicap. La discrimination touche aussi les femmes entre elles. Il faut qu'elles soient minces et blondes, pour dire vite." Comme souvent lorsqu'il s'agit de discriminations, les femmes sont en première ligne.

Mince et blonde

Lucie, graphiste de 33 ans, était obèse à l'époque de ses études. "Comme toute étudiante qui cherche un job, j'ai fait le tour des magasins du coin pour des postes de serveuse ou vendeuse. Je n'ai pas été rappelée une seule fois ! Les gens prenaient mon CV de façon expéditive, ne cherchaient pas à me connaître plus. Une fois, ce sont des vendeurs, jeunes aussi, qui m'ont carrément dit : 'c'est même pas la peine !'."

Parfois, la discrimination est plus insidieuse. Julie se souvient ainsi d'une annonce d'une enseigne d'équipement ménager qui cherchait des jeunes pour distribuer des flyers : " Le texte indiquait qu'ils fournissaient des t-shirts, en précisant qu'ils étaient de taille M !" "J'ai déjà lu des annonces qui demandent une apparence correcte, généralement on sait qu'on a, dans ce cas, aucune chance", renchérit Lucie.


Enregistrée sous les n°931 316 717 13 - n°931 316 716 13 - n°931 316 283 13

NOS ÉQUIPES

My BS

My BS - My Business School est un Groupe composé de quatre écoles de commerce post Bac (BTS au BAC+5) accessible hors procédure Parcoursup dont les filières sont validées par des Titres inscrits au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles) et des Diplômes d'Etat. Les formations se suivent en rythmes alternés école/entreprise ainsi que dans le cadre de la formation en initial ou de la VAE (validation des acquis de l'expérience).

Ecole de référence à Aix en Provence, Fréjus, Toulon et Marseille pour un bachelor, bts de commerce, de gestion pme, ecole de commerce (business school).

NOS CAMPUS

Marseille

25 Bd Edouard Herriot

13 008 MARSEILLE

marseille@my-bs.fr

Aix-en-Provence

(Nouvelle Adresse)

75, rue Marcellin Berthelot

Pôle d’Activités d’Aix-les Milles

ANTELIOS - Bt D

13 290 AIX-EN-PROVENCE

aix@my-bs.fr

Toulon

Rue L.SCHWARTZ -Centre HERMES

Parc Valgora Bât 2

83 160 LA VALETTE-DU-VAR​

toulon@my-bs.fr

Fréjus (Ouverture 2019)

142, Impasse Kipling

ZA Capitou - Pôle Mixte

83 600 FREJUS

frejus@my-bs.fr

Enregistrée sous les numéros n°931 316 717 13 - n°931 316 716 13 - n°931 316 283 13 – n°931 317 812 13- Mentions légales