• My BS

Travailler un peu et toucher le chômage : bientôt la fin du cumul ?



Le « cumul emploi-chômage » sera-t-il bientôt retouché par le gouvernement ? C’est ce qui pourrait arriver aux 800 000 personnes qui additionnent aujourd’hui une allocation chômage avec un salaire.

Travailleurs à temps partiel, intérimaires, assistantes maternelles... Le point commun entre ces actifs ? Ce sont essentiellement des femmes et des seniors, particulièrement exposés à la précarité de l’emploi, et qui pouvaient cumuler emploi et chômage jusqu’à aujourd’hui.

Une possibilité qui devait, à l’origine, favoriser le retour à une activité professionnelle longue durée pour ces demandeurs d’emploi. Sorte de pied à l’étrier dont les jours semblent compter. En effet, le projet de loi « avenir professionnel », qui arrive au Parlement, réforme notamment l'assurance chômage. Dans un de ses articles, il est indiqué que le gouvernement pourrait changer les règles du « cumul emploi-chômage » concernant les chômeurs exerçant une activité réduite.

Depuis la crise de 2008, le nombre de demandeurs d'emploi en activité a doublé

Le projet de loi a du mal à passer du côté des syndicats, d’autant que jamais le candidat puis le président Macron, ni l’exécutif, n’a évoqué une quelconque retouche de ce dispositif. Un dispositif qui concerne aujourd’hui 790 000 personnes, selon les chiffres de l'Unédic, qui gère le régime d'assurance chômage. Un chiffre qui a doublé en dix ans, depuis la crise financière, mais qui ne représente que 50 % des 1,6 million de demandeurs d'emplois indemnisables (et non indemnisés) travaillant chaque mois, en moyenne.

Les pour et les contre du cumul chômage-salaire

Évidemment, tout n’est pas si simple. Est-ce un tremplin pour sortir durablement du chômage ou une mauvaise subvention qui ne ferait qu’aggraver la précarisation grandissante du travail ?D’un côté, les syndicats comme la CFDT dénonce ce possible retrait, rappelant que « dans un marché du travail encore fragile », le dispositif permet « d'occuper un emploi, même peu rémunéré, plutôt que de rester au chômage ». Pôle emploi constate, pour sa part, que ce dispositif « constitue un moyen de subvenir à leurs besoins primaires ».

On ne peut pas nier que le dispositif comportait quelques dérives. A titre d’exemple, une personne enchaînant des contrats de moins d'une semaine pouvait avoir un revenu supérieur à quelqu'un travaillant sur des contrats d'une durée plus longue. C’est pour éviter ces effets d’aubaine que les règles de calculs avaient d’ailleurs été retouchées l’année dernière. Pourquoi, donc, remettre encore en cause un dispositif récemment retouché ? Peut-être pour financer les 500 millions d’euros nécessaires pour financer les mesures sur les salariés démissionnaires et les indépendants ?


Enregistrée sous les n°931 316 717 13 - n°931 316 716 13 - n°931 316 283 13

NOS ÉQUIPES

My BS

My BS - My Business School est un Groupe composé de quatre écoles de commerce post Bac (BTS au BAC+5) accessible hors procédure Parcoursup dont les filières sont validées par des Titres inscrits au RNCP (répertoire national des certifications professionnelles) et des Diplômes d'Etat. Les formations se suivent en rythmes alternés école/entreprise ainsi que dans le cadre de la formation en initial ou de la VAE (validation des acquis de l'expérience).

Ecole de référence à Aix en Provence, Fréjus, Toulon et Marseille pour un bachelor, bts de commerce, de gestion pme, ecole de commerce (business school).

NOS CAMPUS

Marseille

25 Bd Edouard Herriot

13 008 MARSEILLE

marseille@my-bs.fr

Aix-en-Provence

(Nouvelle Adresse)

75, rue Marcellin Berthelot

Pôle d’Activités d’Aix-les Milles

ANTELIOS - Bt D

13 290 AIX-EN-PROVENCE

aix@my-bs.fr

Toulon

Rue L.SCHWARTZ -Centre HERMES

Parc Valgora Bât 2

83 160 LA VALETTE-DU-VAR​

toulon@my-bs.fr

Fréjus (Ouverture 2019)

142, Impasse Kipling

ZA Capitou - Pôle Mixte

83 600 FREJUS

frejus@my-bs.fr

Enregistrée sous les numéros n°931 316 717 13 - n°931 316 716 13 - n°931 316 283 13 – n°931 317 812 13- Mentions légales